Vacances en Martinique : Les distilleries et musées

Les distilleries de la Martinique

–  La Favorite (Fort de France) : Aux portes de Fort de France, la distillerie La Favorite produit des rhums vieux dans la plus pure tradition martiniquaise. Son rhum blanc est réputé pour être le plus doux de la Martinique. La maison fondée en 1842 était auparavant une plantation de sucre de canne. C’est à présent la seule de l’île qui fonctionne encore complètement à la vapeur. (Visite libre) www.rhum-lafavorite.com

– Trois Rivières (Sainte Luce) : Située sur une propriété de 600 hectares au milieu de la route des plages, la distillerie Trois Rivières vous propose de découvrir toutes les étapes de la fabrication de son fameux rhum agricole de tradition. Il est également possible de faire un tour de la plantation en quad. (visite payante) www.plantationtroisrivieres.com

– Hardy (La Trinité) : Sur la route de Tartane, sur la presqu’île de la Caravelle, la distillerie Hardy est la plus petite exploitation martiniquaise. Fondée en 1830, c’est une petite distillerie familiale qui a su préserver son authenticité. C’est une illustration de l’histoire du rhum à la Martinique. (gratuit)

– Dillon (Fort de France) : La plantation Dillon devenue distillerie a été construite sur l’emplacement d’une ancienne habitation sucrière. Dillon produit un rhum agricole d’Appellation d’Origine Contrôlée connu internationalement. Le Club Dillon vous propose de visionner un diaporama puis de découvrir toutes les facettes de l’élaboration de son produit phare. www.rhums-dillon.com

– Habitation Clément (François) : Au cœur de ses 160 hectares, l’habitation Clément propose à la fois un jardin botanique, un musée d’art contemporain et une maison dans le plus pur style créole. Seul le vieillissement du rhum se fait encore sur place, mais il est possible de visiter l’ancienne distillerie et la boutique bien sûr. http://www.habitation-clement.fr/

– Neisson (Carbet) : Crée en 1931 par deux frères sur les ruines d’une habitation, la distillerie Neysson a toujours été remarquée par la qualité de son rhum blanc, considéré par certains comme le meilleur de l’île. Aujourd’hui, Neysson produit un rhum AOC Martinique conditionné dans une bouteille « Zépol Karé » très distinctive. L’entreprise est toujours dirigée par les descendants des fondateurs, ce qui lui donne une aura d’authenticité unique. www.neisson.com

 – Depaz (Saint Pierre) : Au pied de la montagne Pelée et faisant face à la mer des Caraïbes, la distillerie Depaz vous propose de plonger dans l’histoire tumultueuse de la ville de Saint Pierre. Lors de la destruction de la ville en 1902 par l’éruption de la montagne Pelée, toute la famille Depaz disparaît tragiquement, à l’exception du jeune Victor qui poursuivait alors ses études à Bordeaux. A son retour, orphelin et ruiné, il rachète les 521 hectares d’une habitation en friche et remet en marche la distillerie. A noter que la distillerie fonctionne avec la plus ancienne machine à vapeur de l’île, la même qui servait autrefois à l’alimentation des jets d’eau du château de Versailles. http://www.depaz.fr

-Rhum J.M (Macouba) : Situé dans le nord de la Martinique , sur les flancs de la montagne pelée, J.M est une rhumerie familiale de grande renommée. Sa particularité vient entre autre de l’utilisation d’eau de source venant de la montagne pellée pour la fabrication de son rhum et sa canne qui profite de la terre volcanique. Situé dans un écrin de verdure en bord de rivière, c’est une visite incontournable pour tout amateur de rhum et/ou de culture martiniquaise. www.rhum-jm.com

– Saint James  (Sainte Marie) : En activité depuis le 18e siècle, c’est une des plus anciennes rhumerie de la Martinique et son histoire se confond avec celle de l’île. C’est une des rares distilleries qui « fume » c’est à dire encore en activité. Les plantations s’étendent sur 300 hectares autour de la distillerie. L’habitation coloniale a été transformée en musée au sein duquel toute l’histoire du rhum agricole en Martinique est retracée. www.saintjames-rum.com

-Saint Etienne (Le Gros Morne) : L’habitation Saint Etienne existe depuis 1883 et produit un rhum AOC de grande qualité. Le domaine est constitué de la maison de maître et des anciennes cases de travailleurs. La distillerie ne « fume » plus depuis 1988. Vous pourrez découvrir la chaîne d’embouteillage et les chais de vieillissements, le tout sur un site classé monument historique. www.rhumhse.com

Les musées de Martinique

– Le musée de la banane (Sainte Marie) : C’est le premier musée consacré à la banane. Niché au cœur d’une plantation bananière encore en activité de 4 hectares, le musée vous propose de découvrir ou redécouvrir la banane à travers un parcours pédagogique. Une exposition permanente revisite la banane à travers l’histoire et la culture. Plus de 60 variétés de bananes sont présentées, ainsi que tous les produits dérivés de ce fruit. www.museedelabanane.fr/

-Ecomusée de Martinique  (Anse Figuier) : Situé sur la plage de l’Anse Figuier sur les traces d’un site amérindien et dans les murs de l’ancienne distillerie Ducanet (fermée en 1924), l’écomusée retrace l’histoire de la Martinique au travers d’objets, de reconstitutions et de maquettes. Tél: 05 96 62 79 14

-Maison de la Canne  (Trois îlets) : Retracez l’histoire de la canne à sucre depuis son introduction en Martinique au 17 e siècle. C’est au sein d’une ancienne distillerie restaurée que vous pourrez vous plonger dans l’histoire sucrière de l’île au travers de trois siècles d’exploitation. L’histoire et les techniques de production du rhum martiniquais (le seul au monde à avoir l’AOC) n’auront plus de secrets pour vous. Tel : 05 96 68 32 04

– Musée d’Histoire et d’Ethnographie de Martinique  (Fort de France, Bd Charles de Gaulle) : Le musée se trouve dans une maison du 19e siècle présentant des éléments de l’architecture traditionnelle créole. C’était à l’origine une des plus anciennes villas du centre de Fort de France qui servait de résidence ay directeur de l’artillerie. Les expositions temporaires ont lieu au rez de chaussée, tandis que l’étage accueille une exposition permanente récréant un intérieur bourgeois typique créole de la fin du 19e siècle. tel : 05.96.72.81.87

– La Savane des Esclaves (Trois-îlets) : Dans la campagne des Trois-îlets, au sein d’un parc de 2 hectares,  une équipe de passionnés ont reproduit à l’identique l’habitat et le mode de vie des Negs Marrons, ces esclaves en fuite qui trouvaient refuge dans la nature. Vous pourrez découvrir tous les aspects de la vie quotidienne d’un village « antan lontan » (d’autrefois) : techniques de construction, cultures potagères traditionnelles et démonstration de danse Bélé qui est la danse traditionnelle de la Martinique. Tel : 06.96.22.79.05

– La Savane (Fort de France) : Cet ancien champ de manœuvre militaire a été transformé en un magnifique parc de 5 hectares de pelouse verdoyante. La célèbre statue de Joséphine de Beauharnais, femme de Napoléon et  native des Trois-îlets, trône au centre du parc depuis le second Empire. Au bord de La Savane, la bibliothèque Schoelcher qui possède un fond de 130 000 livres dont un important fond antillais. La bibliothèque Schoelcher est classée comme monument historique.

– Jardin de Balata (Fort de France) : C’est une visite incontournable en Martinique. Tout commence grâce à la volonté d’un homme. En 1982, Jean Philippe Thoze jardinier paysagiste décide de revenir s’établir dans la maison de ses grands parents. 30 ans de travaux plus tard, le bâtiment d’architecture créole typique retrouve sa splendeur entouré d’un magnifique jardin botanique recensant des centaines d’espèces collectées patiemment au fil des années. A quelques minutes du centre ville de Fort de France c’est le dépaysement et l’émerveillement assuré.

SHARE IT:

Leave a Reply

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>